Transporteurs Écriture et tampon

Nos produits

Newsletter

Pack de 4 bâtons de cire

Décorez et personnalisez vos faire-part, cartes de vœux, vos enveloppes et toute votre correspondance avec ce pack de 4 bâtons de cire comprenant 4 bâtons de cire de 18 cm de long parmi 5 coloris au choix: rouge, bleu, blanc nacré, or ou argent.

Bâtons compatibles avec le pistolet à cire (4 bâtons de cire de la même couleur)

 

 

Plus de détails


7,94 € HT

9,53 €

1   avis

Vers -4000, en Mésopotamie, des sceaux-cylindres permettent d'imprimer sur de l'argile fraîche un motif en relief, souvent raffiné, qui permet de garantir l'identité de la personne ayant réalisé un document ou ayant fermé un récipient.[1]
Les sceaux, toujours en argile, sont également utilisés dans l'Égypte antique sur les papyrus ou sur les tombeaux.
Depuis le début du troisième millénaire avant JC jusqu'aux siècles obscurs, les sceaux de toutes sortes étaient produits dans les îles de la Mer Égée et la Grèce continentale. Dans la civilisation minoenne, ils sont formés à partir d'ivoire, de pierre tendre puis de pierre dure (ce qui exige de nouvelles techniques de gravure), montrant des formes caractéristiques. L'âge du bronze tardif voit le développement de sceaux en forme de lentille et d'anneaux à signer, ces éléments se retrouvent les siècles suivants. L'époque hellénistique est caractérisée par des sceaux en intailles qui deviennent une forme d'art du luxe, comme en témoigne la collection qu'en fait le roi Mithridate VI (ce type d'art et de collection durera jusqu'au XIXe siècle). Parallèlement à ce mode de preuve, la Grèce antique utilise également la chirographie alors que les Romains privilégient d'abord les témoins pour authentifier les actes mais devant la multiplicité des écrits, adoptent la subscriptio (littéralement « inscription au bas ») accompagnée d'un seing (souvent un monogramme) ou d'un sceau (empreinte réalisée par un cachet ou un anulus signatorius, anneau à signer)[2].
Les sceaux de plomb apparaissent au IVe siècle et ceux de cire au XIIe siècle.

Au Moyen Âge, le sceau qui supplante le monogramme, en plus de garantir la confidentialité d'un message, attestait également de son authenticité et faisait office de signature. Il était constitué par un cachet de cire imprimé par un tampon (ou un anneau sigillaire) au motif trop compliqué pour être reproduit de façon certaine. Chaque ville avait son sceau. Le sceau désigne également le système qui a permis la réalisation de cette empreinte, qui est le tampon. Dès le XIe siècle se développe, parallèlement au notariat, le « sceau pendant » à la charte par des lacs de soie ou des lanières de cuir. Henri II, dans son ordonnance de Fontainebleau en 1554, rend la signature obligatoire chez les notaires : le seing du notaire se substitue progressivement à la signature des différentes parties, son sceau nominatif (signum nominis) devenant l'ancêtre de la signature moderne[3].
Au XIXe siècle, les scellés servent essentiellement pour garantir le fret des marchandises et sont à base de fils de fer torsadés.
Les « pains à cacheter », très petits pains minces et ronds dont on se servait pour cacheter les lettres, étaient composés de pain azyme auquel on ajoutait des colorants comme de l'indigo en fine poudre, du noir de fumée ou des décoctions de cochenille, de safran, de curcuma

 

 

  • hauteur 18 cm

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.

Evaluations produits
  • Nombre d'avis : 1
  • Note moyenne : 5 /5
  • R. Audrey
  •  le 18/04/2017
  • 5/5
Très bon produit et livraison rapide je recommanderais !!!

Panier  

Pas de produits

Frais de port 0,00 €

Total 0,00 €

Frais de port GRATUIT
à partir de 200 € TTC !

Panier Commander

A ne pas rater

  • TAMPON PRO-LINE TRODAT 5200 MCI
  • PRIX REDUIT
    -20% 129,00 € 103,20 €
Trodat dateuir métal 5480 multicouleurs
Tampon à encrage automatique Trodat métal DATEUR multicouleurs...